Les différentes mesures de
l'avenant 6

 

Le BSI : Outil de soin ou “Big Brother”

Bonjour à tous !

Ce début d’année a vu les premiers bilans de soins infirmiers saisis en ligne.

Si la partie facturation est plutôt complexe (voir mes articles précédents), la saisie du BSI en ligne semble satisfaire les premiers utilisateurs.

J’ai pris le temps durant ce weekend de repos, de réfléchir à la finalité de tout le “projet BSI”.

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, je me penche sur le “pourquoi du comment” : pourquoi le BSI, pourquoi les AMX, pourquoi la saisie en ligne ?

A quoi sert-il ? Reconnaissance de notre compétence ou contrôle supplémentaire ?

Sans répondre fondamentalement à ces questions, je souhaite faire un petit focus sur deux aspects qui me semblent importants :

  1. Au niveau médical, le BSI est un vrai bilan avec une reconnaissance de l’analyse diagnostique infirmière, sur l’état de santé global du patient et pas seulement sur sa perte d’autonomie.
  2. Au niveau organisationnel, le bilan est 100% dématérialisé et se saisit en ligne sur AmeliPro. Toutes les données saisies sont donc “hébergées” (et donc accessibles et exploitables) sur  l’outil de la CNAM.

Pourquoi ces deux points revêtent-ils une importance particulière à mes yeux ?

C’est très simple : au delà de la vision médicale du soignant, la vision économique, statistique et prévisionnelle s’en trouve désormais fortement facilitée !!

Petit rappel : 

La Sécu a été créée pour  protéger les assurés face aux dépenses liées à la maladie.

Au sortir de la Seconde Guerre, la France a connu un grand “baby-boom” démographique. Aujourd’hui ces “baby-boomers” sont devenus des “papy-boomers” qui vieillissent mieux et plus longtemps.

Le processus de vieillissement de nos fonctions motrices et cognitives est une évolution naturelle.

Grâce aux progrès médicaux, nous vivons plus longtemps désormais, en plus ou moins bonne forme.

Cette donnée démographique pourtant connue a été peu anticipée par l’Assurance Maladie, car vieillir, ce n’est pas une maladie !

Mais c’est désormais un poste de dépenses important que la sécurité sociale se doit d’appréhender et maîtriser !

Agir sur plusieurs fronts sans vider les caisses !

Le contexte démographique et la difficulté actuelle des hôpitaux en matière d’accueil nécessitent l’ajustement prévisionnel des dépenses allouées au vieillissement de la population et à la perte d’autonomie :

  • Plus de patients âgés, c’est plus de patients dépendants vivant plus longtemps.
  • L’éclatement des familles a isolé les personnes âgées de leurs aidants naturels, nécessitant l’intervention d’aides extérieures dans leur quotidien
  • Maintenir les patients dépendants à leur domicile, c’est :
    • prévenir l’hospitalisation des personnes âgées,
    • prévenir les complications pathologiques,
    • désengorger les services,
    • réduire les coûts de prise en charge du vieillissement de la personne âgée dépendante pour la collectivité.

L’infirmière libérale est un atout majeur grâce à son efficience médicale, sa présence sur tout le territoire et le coût contrôlé de ses prestations !

Statistiques, vous avez dit statistiques?

Outre la saisie du BSI en ligne, de nouvelles cotations ont été créées et rendues “traçables” pour suivre plus facilement les flux de facturation du dispositif.

La généralisation du BSI (prévue en 2023) pourra ainsi être facilement confirmée ou infirmée grâce aux analyses statistiques prévues en fin de chaque année.

    • Quantifier et classifier la population âgée, par son degré de prise en charge, les motifs et conséquences de la perte d’autonomie : ⇒ H-E-M, (Hygiène, Élimination, Mobilité) 
    • Positionner le soin à domicilecréation des IFI 
    • Catégoriser les degrés de dépendance de cette population ⇒ création des BSA BSB BSC
    • Renforcer la traçabilité des actes techniques associés aux prises en charge de la dépendance ⇒ création des AMX 
    • Recenser les structures de soins infirmiers (cabinets libéraux et centres de soins infirmiers (CSI))  à domicile facturant les forfaits du BSI
        • les zones géographiques à forte densité de patients gérés en BSI par les IDEL,
        • les zones géographiques à forte densité de cabinets IDEL dont les honoraires sont principalement issus de soins BSI.
    • Estimer en amont le coût des forfaits journaliers en cours, remonter des statistiques pour l’ensemble du territoire.

Tous les chiffres peuvent être rendus accessibles de manière quasi instantanée pour les statisticiens !

Avenant 6 et BSI

Notre belle profession est soumise à rude épreuve en ce début 2020, et nous avons la confirmation que le soin devient une donnée statistique, algorithmique, que la dimension humaine doit céder le pas à la nécessité économique et comptable.

A nous, infirmières et infirmiers sur le terrain au quotidien, auprès de nos patients, de tous âges, de maintenir humanité et empathie, compétence et efficacité, écoute et présence, bref, rester en tout point :

Un soignant !

Dans mon prochain article j’aborderai un autre grand sujet de l’avenant 6 : le DMP.

D’ici là, restons Zen !

Lilou 2.00

lilou idel 2.0 vous parle de l'avenant 6

Lilou, infirmière Libérale à Rodez (12)

Souhaitez-vous être mis en relation avec nos conseillers ?

Souhaitez-vous être mis en relation avec nos conseillers ?

 

OUI    

Depuis 36 ans, RM INGENIERIE développe des logiciels de gestion de cabinets ainsi que des solutions d'analyse et de rééducation du mouvement.

Nos services

05 65 76 03 33
Prix d’un appel local

Service Commercial

Demander un devis

Assistance

Contact Mail

Contact terrain

Mon contact terrain